VOTRE SOLUTION WEB PROFESSIONNELLE



 Rechercher

Rechercher sur le site :

 


 S'abonner aux analyses économiques

En inscrivant votre email, vous recevez gratuitement les bulletins d'information et d'analyses économiques et financières du site :

 

Pour vous desinscrire cliquez ici




 Visiteurs uniques

Visiteurs au total : 92255
Visiteurs d'aujourd'hui : 23
Visiteurs en ligne : 2



Fonds vautours : Interview avec Kibarou.com

dabo_sanoussy_2-233x300.jpg

Kibarou.comUniversitaire, vous êtes professeur d’économie monétaire et spécialiste des questions économiques. Dernièrement, vous avez animé avec un certain brio, des débats à la RTG (radio et télévision) suivie d’une conférence culturelle dans le cadre des activités de L’ACTOG à Paris centré sur les « fonds vautour ». Monsieur Dabo, pouvez-vous expliquer à nos lecteurs, ce que c’est un fonds vautour ?

Sanoussy Dabo : En partant de leur origine, on les appelle en anglais « Vulture fonds ». Ce sont des prédateurs d’entreprises au bord de la faillite ou des pays endettés, ayant des grosses difficultés économiques et financières, mais potentiellement riches. Fonds d’investissements spéculatifs de tout nouveau genre, ils sont sur le marché de la dette décotée où existe le taux de rendement de plus de 10% au dessus de l’emprunt d’Etat, rémunérant ainsi le risque élevé qui lui est assorti. Racheter à bas prix la dette des pays pauvres et les attaquer ensuite en justice pour les obliger à rembourser : telle est la dévise des fonds vautour sans scrupule, appelés aussi des fonds charognard.

Kibarou.comQuelle est l’origine des fonds vautour ?

Sanoussy Dabo : Ils sont d’origine anglo xasonne, apparus aux USA et en Angleterre depuis une quinzaine d’années. Leur bonne ou mauvaise renommée (selon) internationale remonte à la faillite retentissante du géant de l’énergie –Enron-, une des plus grosses sociétés par sa capitalisation boursière et de l’opérateur de télécommunications –WORLDCOM- au début des années 2000. Légalement installés dans les pays occidentaux où ils s’accommodent aux règles de l’économie de marché néo libéral, mais aussi et surtout, ils sont en grande partie domiciliés dans les paradis fiscaux, les paradis bancaires et judiciaires où la législation locale ferme les yeux sur leurs activités camouflées derrière les sociétés-écrancs. Souvent, créés pour le besoin de la cause, ils disparaissent aussitôt une fois le but atteint par le rachat de la dette ou par le blanchiment de l’argent sale, mal acquis.

Kibarou.comQuelles sont les activités des fonds vautours et comment se nourrissent-ils ?

Sanoussy Dabo : Leurs activités sont purement spéculatives développant une stratégie spécifique. En achetant les obligations d’une société dans un premier temps sur le marché de la dette décotée, ils feront prévaloir leurs droits devant les autres créanciers lors de la négociation pour la restructuration de l’entreprise en ne visant que la revalorisation de leurs créances d’une part ou les convertir en fonds propres d’autre part. A défaut, ils procéderont à la vente de la société par compartiment afin de récupérer cinq à dix fois plus leur mise de départ. Il en va de même pour des pays ciblés par les fonds vautour.

Kibarou.comQuel est le principal objectif visé par les fonds vautour ?

Sanoussy Dabo : L’objectif principal est de tirer le maximum de plus value par des moyens respectant très peu l’orthodoxie financière, la bonne règle en matière de créances, faisant fi de la morale, des conditions financières difficiles des sociétés au bord de la faillite ou des pays pauvres très endettés. Plus leur proie est facile à avaler avec l’espoir qu’ils en prendront totalement possession, plus leur appétit est grand et ils deviennent insatiables ; peu importe les conséquences néfastes qui découleront de leur acte. Bref, ils prospèrent sur le malheur des autres.

Kibarou.com Pouvez-nous citer quelques noms de fonds vautour ?

Sanoussy Dabo : Leurs noms justifient leur origine anglo saxonne, car, pour le moment, il n‘existe pas de noms latins. Ils ont pour noms : cerburus management, strategic value partners, oaktree capital management. Trafalgar asset managers, donagel international, kensington international, elliot partners, elliot associates LP, soros fund management. Il faut souligner qu’ils sont une quarantaine actuellement connus, mais, bien d’autres agissant sous couvert de l’anonymat et à visage caché et qui sont difficiles à être mis à nu.

Kibarou.com : Des groupes financiers (grands ou petits) peuvent-ils se lancer dans les activités des fonds vautours ?

Sanoussy Dabo : Disposer des banques de données très approfondies pour permettre d’apprécier la valeur de base de leur créance est fondamental. En prenant des risques parce qu’ils ne sont pas couverts sur ce marché, qui, à priori est moins convoité, ou parce qu’on ne peut pas les assurer à cause de leur éphémère vie, n’importe quelle structure financière ne peut se lancer dans les activités des fonds vautours.
Pour y être, il faut des compétences humaines : grands cabinets d’avocats, des bureaux d’études ayant des connaissances pointues en matières de fiscalité, de faillite des sociétés, du rachat de la dette et des négociations pour son rééchelonnement bilatéral et multilatéral respectivement aux clubs de Paris et de Londres sont indispensables et nécessaires. Enfin, il faut avoir des ressources financières : liquidités internationales disponibles, car, le marché étant souvent de gré à gré au 1/3 de la valeur initiale, le paiement est immédiat. Curieusement, les banques de grande renommée comme Goldman Sahs, Morgan Stanley, Lehmann Brothers etc.… se sont lancées aussi dans les activités des fonds vautour.

Kibarou.com : A combien peut-on estimer le chiffre d’affaires des entreprises exerçant l’activité des fonds vautour ?

Sanoussy Dabo : L’encours gbobal de la dette bilatérale et multilatérale des pays endettés avoisine 3000 milliards de dollars, laquelle dette reste dans la ligne de mire des fonds vautours. L’an passé, 40 fonds vautours ont réclamé 1,5 milliards de dollars à 11 pays. Et vraisemblablement, ils obtiendront gain de cause devant les tribunaux judiciaires anglo saxon. Sans compter ENRON et WORLD COM aux USA, Eurotunnel (9 milliards d’euros de dette) et Eurodisney sont tombés dans les filets des fonds vautour quant à leur dette bancaire ; ils sont porteurs en France d’Océanes (obligations convertibles ou échangeables en actions nouvelles ou existantes). Il y va de même dans bon nombre de pays occidentaux. The subprime (Crédit immobilier à risque) en Août passé aux USA avec son rejaillissement sur les bourses de la planète fut une aubaine pour les fonds vautours qui brassent des dizaines de milliards de dollars.

Kibarou.comQuels sont les procédés de rachat des dettes bilatérale et multilatérale des pays pauvres par les fonds vautour ?

Sanoussy Dabo : Depuis plus de 10 ans, les institutions de Betton woods ont mis en place une initiative tendant à annuler dans un premier temps une bonne partie de la dette publique des pays pauvres très endettés (PPTE) au club de Paris. L’initiative d’allègement de la dette multilatérale (IADM) récompensera les efforts des pays ayant atteint le point d’achèvement au club de Paris.
Les fonds vautours mettront tout en œuvre pour que ces initiatives ne soient pas atteintes par les pays qu’ils ciblent en faisant du lobbing, en rapportant dans la presse à grand tirage international les faits de corruption, de mal gouvernance renforçant la conviction selon laquelle les pays en question sont solvables et que ce n’est qu’une question de mauvaise gestion. Appuyés dans cette campagne par les ONG luttant contre la corruption et la mal gouvernance, les fonds vautours ont le culot de prétendre à l'appelation des fonds militants. Ainsi, une dette publique, d’Etat à Etat, peut se trouver dans les mains d’un fonds vautour à la suite de la cession pour une bouchée de pain par le pays créancier, parce qu’il a décidé de récupérer le quart à défaut de la totalité, principal et intérêts compris.

Kibarou.comGénéralement et pourquoi, seuls les tribunaux relevant des pays anglo-saxons donnent gain de cause aux plaintes déposées par les fonds vautour ?

Sanoussy Dabo : Parce qu’ils tirent leur existence dans le système économique, politique et judiciaire des pays qui les ont engendrés, c'est-à-dire l’économie permissive ultra libérale des pays anglo xason. S’inscrivant dans la logique du fonctionnement normal de l’économie de marché comme le prétendent les défenseurs. Les fonds vautours constituent à leurs yeux, un des composants économiques du système comme toute autre structure financière. Ils servent à rétablir les grands équilibres macro économiques en sauvant de la faillite des sociétés, en obligeant les pays endettés à faire face à leur devoir de paiement de la dette contractée auprès des pays créanciers dont les leurs.

Kibarou.comPourquoi et comment les banques, y compris les institutions de Breton Wood, les Etats riches qui prêtent et aux Etats pauvres se laissent-ils influencer par la pression des fonds vautour ?

Sanoussy Dabo : D’abord pour des raisons toutes simples : Récupérer au moins une partie de leurs avoirs s’ils pensent que la cause est perdue à vouloir prétendre récupérer la totalité parce que la société ou le pays endetté n’est pas en mesure de faire face à ses obligations contractuelles. Ensuite, pour des raisons de morale, d’image et d’éthique, les Etats créanciers comme les banques ne peuvent pas réclamer devant les tribunaux contrairement aux fonds vautour qui font de ses tribunaux leur fonds de commerce

Kibarou.com Pouvez-vous nous citer quelques exemples de pays victimes des fonds vautour ?

Sanoussy Dabo : La Zambie, le Congo Brazza, le Cameroun, l’Ouganda, la Sierra Leone, le Pérou, le Brésil, le Nicaragua etc. Le Pérou, harcelé, a fini par accepter de payer 85 millions de dollars à ELLIOT ASSOCIATES LP basé à New York, en échange des bons achetés pour 11millions de dollars sur le marché international. En 2005 et 2006, kensisgton international - Elliot Partners a fait condamner le Congo Brazza à lui payer la somme vertigineuse de 122 millions de dollars pour une dette rachetée à 10 millions. Un autre réclame 150 millions pour une autre dette rachetée à 1.5 million.
La Roumanie a vendu à 4 millions au lieu de 17 millions à Donegal international, une dette contractée en 1979 par la Zambie. En avril dernier, un tribunal londonien a condamné la Zambie à payer 55 millions de dollars à donegal. Bien d’autres pays sont le collimateur des fonds vautour qui ne seront connus qu’à la dernière minute.

Kibarou.comY’a-t-il des structures à l’échelle internationale (hommes politiques, ONG, cabinets d’avocat, alter mondialistes) qui luttent contre les pratiques des fonds vautour ?

Sanoussy Dabo : Lors du dernier sommet du G8 en Allemagne, Angela Merkel a proposé la réglementation des activités des fonds spéculatifs. Sa proposition a fait chou blanc par un non catégorique de GEORGES W BUSH, selon un de ses proches qui a déclaré que cette proposition pourrait perturber le fonctionnement des marchés.
Oxfam, jubilee debt campaing, la coordination sud, le comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM), réclament l’interdiction du secret bancaire dont la Suisse est championne après l’avoir inventé. Gordon Brown (Premier Ministre Britannique) a dénoncé l’activité des vautours qui tentent de tirer profit de la dette des pays les plus pauvres du monde avant de suggérer une accélération de la procédure d’annulation de la dette pour leur couper l’herbe sous les pieds. Jessy Jackson s’inscrit dans la même foulée. En juin passé, le club de Paris a annoncé son engagement à ne pas vendre ses créances sur des pays PPTE à d’autres créanciers qui n’envisagent pas de mettre en œuvre les allègements de la dette. Proposition surprenante puisque l’allègement ne sera jamais la vocation principale d’une autre catégorie de créanciers. En France, une proposition de loi tendant à légiférer sur la question est en cours. En résumé, mon souhait serait que la communauté internationale mette en place un système de mécanisme rendant les pays pauvres insolvables.
Kibarou.com : Vous qui avez étudié, analysé leurs activités, peut-on qualifier les fonds vautour comme une espèce de mafia internationale ?

Sanoussy Dabo : Oui avec la bénédiction des pays occidentaux qui les laissent évoluer dans une légalité pervertie. L’argent de la mafia se fait blanchir à travers les sociétés écrans dans les pays appelés paradis fiscaux, bancaire, judiciaire géographiquement situés au cœur du monde occidental. Mais ils sont aussi généralement dans les îles ayant appartenues aux empires coloniaux ou continuent à l’être.

Kibarou.comPour avoir cité en exemple des pays victimes des fonds vautour ayant les mêmes conditions de sous développement que le nôtre, que faut-il faire pour mettre la Guinée à l’abri des activités d’une telle structure ?

Sanoussy Dabo : Il nous reste à adopter comme religion de gestion étatique, la bonne gouvernance, la transparence dans tous les circuits économiques. La Guinée étant potentiellement riche en bauxite, en fer, en pétrole et peut être en uranium et tant d’autres matières premières minières, nous devons nous prémunir des préalables lors de la signature des contrats et conventions pour l’exploitation de nos richesses dans le seul but de l‘intérêt des 2 parties contractantes. Qu’aucune partie ne se sente lésée. La Guinée doit alors dans ce cas, s’offrir les services des bureaux d’études de renom afin qu’elle puisse accéder aux banques de données financières, humaine, économique, les perspectives de la société avec laquelle elle sera associée dans le cadre de l’exploitation de ses ressources.
Enfin, il faudrait qu’il soit spécifié au vu et au su de chaque partie que la dette, le contrat ou la convention ne peuvent et ne doivent être cédés par une partie à un tiers sans avoir pris soins d’en informer l’autre partie comme le stipule la définition grammaticale de la créance. A en croire à certaines déclarations officielles, l’espoir serait permis de voir la Guinée d’être au point d’achèvement si, et seulement si, les efforts du gouvernement tendant à l’équilibre macro économique sont maintenus de manière durable. On ne peut avoir un cadeau plus que l’annulation de 80 à 90% de notre dette publique.
Kibarou.comKibarou.com vous remercie.

Sanoussy Dabo : Je n’ai fait qu’un devoir patriotique comme tout autre guinéen soucieux du devenir de nos pays pauvres qui nous préoccupe tous. Je n’ai nullement pour autant la prétention d’avoir tout dit et bien dit. J’attends des critiques et suggestions afin d’enrichir le débat, chose qui permettra peut être à nos pays pauvres d’échapper à cette nouvelle forme d’escroquerie à l’échelle internationale.


-

Partager sur :  Partager sur Digg  Partager sur Blogmarks  Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Scoopeo   Lu : 2959 fois