VOTRE SOLUTION WEB PROFESSIONNELLE



 Rechercher

Rechercher sur le site :

 


 S'abonner aux analyses économiques

En inscrivant votre email, vous recevez gratuitement les bulletins d'information et d'analyses économiques et financières du site :

 

Pour vous desinscrire cliquez ici




 Visiteurs uniques

Visiteurs au total : 92248
Visiteurs d'aujourd'hui : 16
Visiteurs en ligne : 1



GUINEA IS BACK AND OPEN FOR BUSINESS

investir en Guinée La Guinée entre dans une nouvelle ère : elle est à l’aube d’une croissance accélérée et diversifiée. La Guinée est aujourd’hui stabilisée. C’est une jeune démocratie avec un potentiel d’investissement hors normes, qui a réalisé d’importants progrès depuis la transition démocratique de 2010 (indicateurs politiques et économiques au vert ; nouvelle Assemblée nationale élue, avec une représentation équilibrée des principales forces politiques du pays ; poursuite des réformes pour renforcer la gouvernance, l’Etat de droit et un environnement des affaires transparents et justes). En trois ans seulement, et malgré un contexte difficile, la Guinée a ainsi engagé des changements majeurs, indispensables à sa stabilisation et à sa normalisation. Aujourd’hui, la Guinée engage une nouvelle phase de sa transformation: celle de son émergence économique, basée sur les investissements.

La Guinée, prochaine destination privilégiée pour les investissements en Afrique : la Guinée est aujourd’hui une démocratie stabilisée qui entre dans une nouvelle ère, celle de son émergence économique. La Guinée est “open for business”, avec une politique économique claire de diversification au-delà des mines, une économie assainie, les ingrédients d’une croissance à deux chiffres, un environnement des affaires renforcé, et des potentiels exceptionnels : minerai, agriculture, énergie, infrastructures, accès aux marchés sous-régionaux.

Depuis 2010, la Guinée a engagé d’importantes réformes dans les secteurs clés de l’économie, des finances, de la justice, de l’administration et de la sécurité. Ces choix stratégiques portent déjà leurs fruits. La croissance du PIB a ainsi atteint les 3,9 % entre 2011 et 2012 ; les recettes fiscales ont progressé de 14,9 % du PIB en 2009 à 19,2 % en 2012 ; le déficit budgétaire s’est considérablement réduit ; l’inflation a remarquablement baissé ; le taux de change du franc guinéen s’est stabilisé; les avoirs extérieurs ont remarquablement augmenté ; les investissements publics s’y sont accrus ; et l’accès des populations aux services sociaux de base a commencé à s’améliorer. Le pays a regagné la confiance des partenaires au développement qui l’ont accompagné dans la réalisation de ces performances.

Cinq raisons clés pour investir en Guinée

1/- Un potentiel naturel exceptionnel, atout pour une croissance forte et durable : la Guinée regorge de ressources naturelles abondantes et diversifiées.

Potentiel agro-écologique : le pays bénéficie d’une saison des pluies relativement longue, s’étendant sur 5 à 8 mois suivant les régions, avec des précipitations annuelles fournissant environ 400 milliards de m3 d’eau. Le potentiel de plaines fluviales est important et le pays dispose par ailleurs d’un réseau hydrographique de 6 500 km et d’un plateau continental de 43 000 km², avec des ressources en eaux de surface et souterraines importantes. Le potentiel en terres arables est évalué à 6,2 millions d’hectares, dont seulement 26% sont cultivés annuellement.

- Potentiel minier : la Guinée dispose d’une grande quantité et diversité de minerais, de très haute qualité. Le pays possède les plus grandes réserves au monde de bauxite (40 milliards de tonnes, avec une teneur en alumine supérieure à 40% ; soit, 2/3 des réserves mondiales), d’importantes réserves de fer (estimées à 9 milliards de tonnes, parmi lesquelles les gisements de Simandou, avec une teneur en fer égale ou supérieure à 65%, et du Mont Nimba), de l’or, des diamants, du pétrole et du gaz offshore et on shore.

- Potentiel hydroélectrique : la Guinée est reconnue comme le « château d’eau de l’Afrique de l’Ouest », d'où prennent leur source les plus grands fleuves de la région comme le Niger, le Sénégal, et la Gambie. D’autres cours d’eaux secondaires (près de 30) traversent tout le pays dont la pluviométrie est de surcroit abondante. Ces ressources en eau constituent non seulement un point de départ propice au développement de l’agriculture (principale source d’emplois pendant de longues années à venir), mais aussi un potentiel hydroélectrique important qui pourrait fournir une énergie abondante, économique, propre et renouvelable à la Guinée et à ses voisins. L’hydroélectricité permet également d’allonger la chaine de valeurs dans le secteur minier. Le potentiel en ressources hydroélectriques est estimé à 6000 MW pour une énergie annuelle garantie de 19.300 GWh. Seuls 3% du potentiel hydroélectrique sont exploités à ce jour.

2/- La stabilité macroéconomique, les réformes favorables à l’environnement des affaires, et le renforcement des partenariats public-privé : le Gouvernement guinéen considère les PPP comme l'outil de prédilection pour doter la Guinée d'infrastructures d’envergure (corridors de croissance, aéroports, barrages hydroélectriques, etc.) et de services sociaux de base (éducation, santé, habitat, etc.) indispensables à la vie des habitants.

3/- La consolidation progressive des institutions.

4/- La promotion des pôles de croissance : pour assurer la pérennité de l’essor économique, le Gouvernement guinéen mise sur la réalisation effective du concept stratégique de corridors de croissance.

Un exemple concret de corridor de croissance est le projet Simandou. Dans le Sud-est de la Guinée, la chaîne du Simandou possède l’un des plus importants gisements de minerai à haute teneur de fer au monde. Ce projet est plus qu’une mine : c’est le plus important projet minier, ferroviaire et portuaire en construction au monde. L’infrastructure reliant le port à la mine induira le développement des secteurs de l’agriculture, de l’aquaculture et des services.

5/- Débouchés : la Guinée est la future porte d’entrée pour l’Afrique de l’Ouest. Le développement des infrastructures de transports qui libérera le potentiel commercial intra-régional (notamment dans les pays enclavés), et l’augmentation de la production énergétique permettront de soutenir le développement industriel de la sous-région.


M. Sanoussy Dabo

Partager sur :  Partager sur Digg  Partager sur Blogmarks  Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Scoopeo   Lu : 1782 fois